Ce que vous devez savoir sur l’industrie des drones

C’est au cours de la Première Guerre mondiale que le drone a été développé pour la première fois. L’idée de créer des véhicules de surveillance sans pilote a été conçue en réponse aux centaines de milliers de morts de la guerre dans l’armée de l’air. Avec le développement des ordinateurs dans les années 1960, l’introduction d’avions sans pilote est devenue une possibilité. Les premiers drones sont également arrivés en France dans les années 1960. Vous pouvez apprendre tout ce que vous devez savoir sur les drones dans ce post.

Que font les drones ?

Un drone est une machine pilotée à distance et dotée d’une certaine sensibilité. C’est un aéronef sans pilote qui peut voler de lui-même ou être contrôlé à distance depuis le sol et qui vole sans passagers ni pilote.

Qu’est-ce qui compose un drone ?

Vous vous intéressez aux composants d’un drone ? Voici ses parties :

Le squelette du drone s’appelle le châssis, qui peut prendre des formes et des traits variés. En comptant leurs bras, on peut savoir de quel châssis il s’agit. Le châssis d’un drone peut être construit en bois, en plastique, en fibre de carbone ou en métal. Le choix du matériau est essentiel en fonction de l’application prévue ; un châssis en fibre de carbone sera moins coûteux et plus durable qu’un châssis en bois dur.

Le mécanisme de propulsion Le système de propulsion du drone est son deuxième composant. Il est composé de :

  • de moteurs : Ils ont un impact sur le temps de vol et la charge maximale supportée.
  • Une hélice génère la poussée.
  • Des variateurs électroniques de vitesse régissent la rotation, la vitesse et la puissance des moteurs.
  • Une batterie : elle fournit aux autres parties électriques l’énergie dont elles ont besoin et est principalement constituée de polymère de lithium.
  • Le contrôleur aérien : Le troisième élément du drone est le contrôleur. Il est composé d’un circuit intégré avec des broches d’entrée et de sortie, de capteurs et d’une unité centrale. Un logiciel est nécessaire pour transmettre des données à la carte contrôleur afin de configurer un drone.
  • Immersion : Une petite caméra et un émetteur vidéo doivent être inclus dans le drone pour la photographie aérienne et l’immersion. La qualité de la caméra embarquée influencera clairement le résultat de la prise de vue aérienne.

Pourquoi utiliser un drone ?

Les drones sont principalement utilisés pour l’observation et la surveillance aérienne. Initialement, un usage militaire était envisagé pour cette utilisation. Avec les progrès réalisés, les drones ont maintenant beaucoup d’applications potentielles dans le secteur civil.

A lire aussi  Qu'est-ce qu'un commutateur HDMI ?

Quel est le meilleur drone pour commencer ?

De plus en plus de personnes utilisent des drones. La récente croissance exponentielle des ventes en est la preuve. En fait, les ventes de drones civils augmentent de 20 à 30 % par an en France. Cette tendance généralisée suggère de comprendre quel type de drone choisir. Pour choisir le type de drone approprié, il est crucial de comprendre quel usage vous lui destinez. Le drone pour la photographie aérienne, le drone de course et le drone de loisir ne sont que quelques-uns des nombreux types de drones qui correspondent à certaines applications.

Il est bon de commencer par un petit drone pour s’entraîner à voler et à filmer.

En général, les quadcoptères sont les drones les plus faciles à utiliser pour les débutants (4 hélices). Ils sont robustes, compacts et, surtout, légers. Pour comprendre l’espace aérien, cette dernière condition est très cruciale. Avant de maîtriser complètement le décollage, la durée du vol et l’atterrissage, il faut plusieurs heures de vol pour apprendre et perfectionner l’art du pilotage de drone à l’aide d’une télécommande ou d’un smartphone. Ces drones pour débutants sont disponibles entre 100 et 400 euros. Bien que ces drones incluent une caméra embarquée et certaines fonctions de vol intelligentes, ils sont moins chers que les versions plus onéreuses et disposent d’équipements, de fonctionnalités et d’une qualité vidéo moins sophistiqués. Leurs principaux défauts – une autonomie réduite et une incapacité à voler par grand vent – s’expliquent également par leur prix bon marché.

Les critères à prendre en compte pour choisir un drone

Il est essentiel de connaître les différents critères de sélection d’un drone avant d’effectuer un achat. Vous trouverez ci-dessous les nombreuses considérations à prendre en compte :

La durée de l’action et son rayon d’action

Comme le vol dépend de la batterie, qui ne doit pas être trop lourde, la durée de vol est souvent limitée. Cependant, il existe des drones qui peuvent voler longtemps car ils sont reliés à une source d’énergie.

Alors que les drones haut de gamme peuvent voler pendant 30 à 45 minutes ou plus, les drones de course ont une durée de vol limitée à 5 à 10 minutes. La capacité du drone à parcourir une certaine distance avec une seule charge est étroitement liée à sa durée de vol.

La portée du drone peut être affectée par des variables autres que le temps de charge, notamment les conditions météorologiques, la santé de la batterie et la puissance de transmission entre la télécommande et le drone.

A lire aussi  Comment configurer un routeur wifi ?

Alors que les drones aériens longue distance peuvent voler jusqu’à 10 kilomètres de l’opérateur, les drones de course ne peuvent atteindre que quelques centaines de mètres.

Mesures et poids

Les drones individuels mesurent généralement moins de 30 cm de long et pèsent 500 grammes. Les drones utilisés à des fins commerciales et professionnelles sont sensiblement plus grands en taille.

Télécommande

Une télécommande est généralement utilisée pour faire fonctionner un drone. Les drones sont équipés de télécommandes qui permettent à l’opérateur de faire fonctionner le drone et d’utiliser ses fonctions. Certaines télécommandes sont dotées d’écrans LCD et/ou d’emplacements pour une tablette ou un smartphone. Une télécommande doit idéalement être capable de se connecter à quatre stations radio ou plus. La majorité des télécommandes utilisent la fréquence de 2,4 GHz. Une télécommande à basse fréquence est préférable afin de pouvoir communiquer sur de grandes distances. Une télécommande doit être ergonomique, simple d’utilisation et avoir des boutons faciles à atteindre, en plus de posséder les caractéristiques technologiques nécessaires.

Vitesse

De nombreux facteurs influencent la vitesse du drone, notamment son poids, sa taille, la puissance de son moteur et les conditions environnementales. Les drones professionnels et les drones de prise de vue ont souvent une vitesse de pointe de 50 à 80 km/h et sont souvent résistants aux intempéries. Les drones de course standard ont une vitesse de pointe d’environ 120 kilomètres par heure. Les drones de course professionnels, quant à eux, font partie des drones les plus rapides du marché et peuvent atteindre des vitesses supérieures à 160 km/h.

Batterie

La batterie est bien sûr un élément crucial du gadget. Lors du choix d’un drone, il est important de prendre en compte la capacité de la batterie, son autonomie et le temps nécessaire à une recharge complète. La capacité de la batterie, qui est exprimée en milliampères-heures (mAh), ainsi que d’autres éléments tels que :

  • le poids et la vitesse du drone
  • l’utilisation plus ou moins sophistiquée de la caméra
  • la météo

Transport

La majorité des drones, y compris les drones de course et les drones jouets, sont considérés comme portables. Les drones sont parfois pliables et/ou modulaires, ce qui facilite leur démontage. En ce qui concerne les drones caméra, ils sont livrés avec un sac à dos ou une valise de transport.

Hélices

La grande majorité des drones utilisent des hélices pour se déplacer :

  • Le tricoptère, un drone, est équipé de trois hélices.
  • Le type de drone le plus populaire, le quadcopter, comporte quatre hélices.
  • L’hexacoptère compte 6 hélices.
  • L’octocoptère, un drone avec 8 hélices, est le dernier.
A lire aussi  Comment installer une borne wifi ?

Modes de vol autonomes et intelligents

Il est de plus en plus facile d’utiliser les drones. En effet, ils sont fréquemment livrés avec différents modes de vol qui permettent de contrôler et de manœuvrer le drone en toute simplicité.

Retour à la maison : En cas de problème ou si le drone perd le contact avec la télécommande, il peut revenir en toute sécurité à sa position de départ et atterrir.

Avec l’option « Follow Me », vous pouvez demander à votre drone de suivre automatiquement la personne qui tient les commandes tout en la filmant. Le pilote n’a pas besoin de s’impliquer.

Sans tête : Ce mode « sans tête » vous permet d’éliminer les restrictions liées à la nécessité de contrôler la position de l’avant et de l’arrière d’un drone.

Conseil pour ceux qui veulent piloter un drone

La France dispose de lois régissant l’utilisation des drones. Ainsi, pour pouvoir utiliser des drones de loisir, vous devez obtenir une autorisation. Des règles doivent être respectées, quel que soit le modèle ; dans certains endroits, le vol est vraiment illégal, tandis que dans d’autres, il existe des limitations. Le pilote est responsable en cas d’accident. Il est nécessaire d’enregistrer le drone et de suivre une formation en ligne si le drone pèse plus de 800 grammes. Il existe deux types de drones : la catégorie A et la catégorie B. Les drones de la catégorie A peuvent voler sans autorisation préalable. Cependant, il est du devoir du pilote de déterminer s’il est capable ou non de piloter un drone.

En revanche, une autorisation de vol de la Direction générale de l’aviation civile est nécessaire pour pouvoir utiliser un drone de catégorie B.

Principes d’utilisation d’un drone dans les airs

Lors de l’utilisation d’un drone, il y a un certain nombre de réglementations à respecter. Par exemple, en dehors des zones d’aéromodélisme, la hauteur maximale de vol ne peut être supérieure à 150 mètres. Lorsque le drone survole des zones proches des aéroports et des terrains d’entraînement des avions militaires, cette restriction est réduite. Il est donc essentiel de confirmer la hauteur maximale prévue avant chaque vol.

Laisser un commentaire