Ligne SNCF MONTEREAU FLAMBOIN

Ligne SNCF Montereau FlamboinLigne SNCF Montereau –Flamboin : la concertation avec les riverains est indispensable,

Plusieurs contacts avec Pierre SIQUIER, Président de l’Association des riverains et des visites dans les communes concernées m’ont convaincu de l’importance et d’une certaine manière de l’urgence d’une réunion autour de Réseau Ferré de France. Elle s’est tenue à Everly lundi 5 juillet.

Nous en avons acté le principe avec Hubert du Mesnil, Directeur Général de RFF lors d’une réunion le 8 avril dernier.

Nous avons naturellement associé à cette réunion les élus – maires et adjoints – des communes traversées par la voie ferrée : CHATENAY, EGLIGNY, VIMPELLES, LUISETAINES, LES ORMES-SUR-VOULZIE, EVERLY et GOUAIX.

Avant d’aller plus loin, je souhaiterai rappeler ce que personne ne conteste :

  • la ligne SNCF Montereau-Flamboin n’a jamais été formellement et juridiquement désactivée
  • toutefois, de fait, elle n’était plus en activité depuis 25 à 30 ans et les riverains d’aujourd’hui ont bien souvent acquis leur bien après que le dernier train ne soit passé. Dans certains cas même, il y eu 2 ou 3 cessions depuis lors.

Les travaux sur la ligne ont été engagés, il y a un an, conformément au contrat de projet Etat/Région qui les finance. Ils devraient s’achever à la fin de l’année.

Il nous reste donc un semestre pour progresser dans la communication et proposer des aménagements significatifs qui garantiront la compatibilité de ce projet avec son environnement, et tout particulièrement avec la vie quotidienne de celles et ceux qui vivent ici.

Il nous est annoncé, dans un premier temps, 4 trains par jour. La question du nombre de passages est importante et il est impératif de connaître le dimensionnement de cette voie en terme de trafic. D’autres questions essentielles se posent :

  • la plage horaire de circulation des trains
  • la question du week-end
  • la question majeure de la signalisation des passages à niveau dont on nous dit, qu’à ce stade, il ne s’agirait que d’une signalisation simplifiée.

Vous comprendrez bien que le cœur du débat est celui des nuisances sonores. C’est cette question qu’il faut traiter.

Il y a évidemment un préalable : avoir une étude acoustique précise et indiscutable, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.

Dans un souci d’efficacité, je pense que RFF, avec les entreprises bénéficiaires de cet investissement majeur payé par le contribuable, doivent sérieusement envisager le financement de murs anti-bruit.

Au regard des sommes en jeu qui nous sont annoncées, cela semble à leur portée. C’est en tout cas de nature de régler la quasi-totalité des questions ouvertes par la réactivation de la ligne.

Je souhaite la constitution d’un comité de suivi que je présiderai personnellement. Composé du Sous-Préfet, de RFF, de la SNCF, des Maires des communes riveraines et de l’Association, il aura vocation à suivre pas à pas, mois après mois, le processus de réactivation de la ligne et surtout à s’assurer que les demandes légitimes des riverains seront prises en compte.